Le méchoui, convivial et festif!

MéchouiSangliers

Un texte de Vivre à la campagne par Julie Desbiens

« À l’origine, un barbecue était un méchoui. Le mot barbecue est un mot français que l’on aurait prêté aux Anglais et qui signifie “embroché de la barbe à la queue” », affirme Nicolas Gauthier, du Rieur Sanglier, à Yamachiche.

Au fil du temps, l’usage de ce mode de cuisson festif et rassembleur s’est répandu à travers le monde. Au Québec, il semble même connaître un retour en force actuellement. Quel plaisir de se retrouver entre amis pour savourer une viande cuite à la broche sur les braises en plein air! Continue reading →

Kamouraska, petit bourg, nature grandiose!

 

Kamouraska

Un texte de Vivre à la campagne par Marc-Alain Soucy

Le petit village de Kamouraska est incrusté au pied des Appalaches en bordure de la vallée du Saint-Laurent dans une nature exubérante. On y vit au rythme des marées, des vents du large, des cris des oiseaux marins, d’un territoire agricole luxuriant, de paysages à perte de vue et de couchers de soleil grandioses. « Ici, on voit venir le temps », disent ses résidents.

Dans la compétition amicale que se livrent les Québécois pour déterminer le plus beau village de la province, le nom de Kamouraska ressort à tout coup, et ce n’est pas sans raison. Située sur le bord du fleuve devant un archipel qui porte son nom, cette petite agglomération de 600 habitants est devenue au fil des ans une destination prisée des mordus de paysages, d’agrotourisme et de plein air. Continue reading →

Six conseils pour vendre en ligne

ordinateur

Un article de Vivre à la campagne par Marc-Alain Soucy

Guy Dubuc est propriétaire avec sa conjointe, Christine Chénard, de la compagnie Happy Yak, qui se spécialise dans la production et la vente de repas lyophilisés. Adepte du commerce en ligne, il partage ces judicieux conseils.

1. Penser transport

Le poids et le volume du colis constituent la base de la tarification des grands transporteurs que sont Postes Canada, UPS, FedEx et Dicom. Est-ce que les frais de livraison rendent le produit offert trop cher? Comme Happy Yak propose des aliments lyophilisés qui ont perdu 80 % de leur poids initial, le transport ne posait pas ce genre de problèmes. Peut-être même est-ce un produit tout désigné pour la vente par Internet. Continue reading →

Adoptée par le Pyrénéen

Pyrénéen

Un article de Vivre à la campagne par Audrey Desrochers

Marianne Glofcheski est tombée sous le charme des chiens de montagne des Pyrénées. Elle en fait désormais l’élevage et ses six amours la considèrent comme un membre à part entière de la meute.

Le soleil de midi plombe sur les enclos. Assise à l’ombre en dessous d’un arbre dans les hautes herbes, Milady respire bruyamment, la langue tirée. Des rayons de lumière percent le feuillage, dorant son pelage blanc. Marianne Glofcheski, la maîtresse des lieux, entre dans l’enceinte clôturée et vient cajoler son gros toutou. Il n’en faut pas moins pour que les autres accourent en aboyant cordialement. Depuis plus de 10 ans, Mme Glofcheski s’investit avec passion dans l’élevage responsable des chiens de montagne des Pyrénées. Continue reading →

L’effet de serre, c’est positif!

MM_Serre_4

Un article de Vivre à la campagne par Martin Ménard

Mettre le nez dans une serre au printemps, c’est se croire, l’espace d’un instant, en pleine forêt équatoriale. On ouvre les yeux, de jeunes pousses sortent de terre. Wow! Le jardinier est heureux…

Différents concepts de serres résidentielles sont offerts, allant de la modeste structure en acier recouverte d’une pellicule de plastique jusqu’au modèle huppé avec vitres et métal travaillé. Chantal Beaudry, enseignante en production horticole à l’École professionnelle de Saint- Hyacinthe (EPSH), conseille en premier lieu de se poser LA question : « Pourquoi est-ce que je veux une serre? Pour commencer la saison plus tôt, pour m’en servir comme zone de production durant tout l’été ou pour cultiver des plantes à l’année? » Dans le premier cas, le jardinier optera pour une serre de base, à prix abordable. Dans le dernier cas, il devra investir dans un modèle quatre saisons.  Étonnamment, mis à part le système de chauffage et d’éclairage, plusieurs aspects similaires doivent être analysés relativement à l’achat d’une serre trois ou quatre saisons. Continue reading →

Liza Frulla, la cavalière qui avait peur des chevaux

DSC_5649

Un article de Vivre à la campagne par Pierre-Yvon Bégin

Politicienne aguerrie et fine observatrice de l’actualité, Liza Frulla ne laisse personne indifférent. Mise sur la touche en 2012 en raison d’allégations concernant son conjoint devant la Commission Charbonneau, elle se consacre aujourd’hui à sa passion pour les chevaux.

La Montréalaise pure laine savoure chaque seconde de sa vie à la campagne. Installée à Sutton, dans les Cantons-de-l’Est, depuis 1991, Liza Frulla dit vouer un grand respect aux agriculteurs, notamment parce qu’ils sont continuellement confrontés aux multiples variations de notre climat capricieux. Elle admire leur « gros bon sens » et leur philosophie de vie. Gens d’affaires avertis, ajoute-t-elle, les producteurs agricoles sont de véritables « scientifiques ». Continue reading →

Trouver ferme à son pied

Trouver Ferme

Un article du magazine « Vivre à la campagne » par Martine Giguère

Prendre le chemin de la campagne et devenir éleveurs de cailles, c’est le choix de vie de Lyne Potvin et Jocelyn Noël.

«Le grand projet de vivre à la campagne, dans une ferme, Jocelyn l’avait dès le début de notre rencontre. Cependant, nous avons commencé les démarches pour nous y établir il y a seulement une dizaine d’années », relate Lyne Potvin.

À ce moment, le couple habite Québec et constitue une famille d’accueil. Ils entreprennent alors des démarches pour dénicher une ferme, mais les deux premières tentatives avortent. Loin d’être découragés, Jocelyn fini par trouver une ferme à Saint-Antoine-de-Tilly. Continue reading →

De la cuisine aux tablettes

Cuisine Tablettes

Texte provenant du magazine Vivre à la campagne par Marc-Alain Soucy

Être amoureux de son produit ne suffit pas pour séduire le consommateur et s’assurer d’un succès sur les tablettes. Outre le marketing, les exigences réglementaires sont nombreuses.

Si vous aimez la soupe aux pois de votre grand-mère, il n’est pas certain que vous allez faire fortune en la mettant en pots et en demandant à votre petite-fille d’en dessiner l’étiquette. Dans les faits, il faut se méfier de nos goûts personnels quand il s’agit de mettre en marché des produits artisanaux. Continue reading →

Dans les petits pots…

4.2

Un article de Vivre à la campagne par Pierre-Yvon Bégin

Nul besoin de posséder des milliers d’érables à sucre pour produire son propre sirop. Une dizaine d’arbres suffiront amplement à combler les fringales sucrées d’une famille. Sensibles à ce marché, les grands fabricants d’équipement proposent d’ailleurs toute une gamme de petits ensembles pour amateurs, à des prix variant entre 250 et 400 $.

C’est le cas de Dominion & Grimm, une maison centenaire de Montréal qui fait même du sur-mesure. Technicien auprès de cette entreprise depuis 20 ans, Daniel Majeau indique que le nombre d’entailles constitue le principal élément servant à déterminer la dimension d’un évaporateur. La région représente aussi un facteur dont il faut tenir compte, les arbres situés plus au sud produisant davantage de sève que ceux en territoire plus nordique. Continue reading →