Écologique… jusque dans les murs!

Écologique… jusque dans les murs!

C’est un fait, l’intérêt marqué pour les constructions dites écologiques est de plus en plus constant. Toutefois, qu’est-ce qu’une habitation écologique ? Plusieurs définitions s’imposent, mais une constante demeure : la maison écologique doit être construite dans un souci de conservation des ressources, de gestion des déchets et d’efficacité énergétique. Servant à la fois de structure et d’isolant, les murs sont une composante essentielle de l’habitation. Néanmoins, des murs écologiques, ça existe ? Bien sûr ! Coup d’œil sur la paille, le chanvre, le torchis et le bois cordé.

 

La paille et le chanvre

Parmi les techniques les plus utilisées en écoconstruction, on retrouve l’isolation avec de la paille qui n’a rien à voir avec la légendaire maison des trois petits cochons ! En effet, ce matériau naturel, sain, renouvelable et recyclable est un très bon isolant. De plus, comme la paille est encore considérée comme un « déchet de culture », il est possible de construire une maison écologique à un coût moins élevé.

Le principe est simple : les murs sont constitués de ballots de paille habituellement rassemblés dans une ossature de bois qui est placée dans la charpente. Les ballots sont ensuite enduits d’un mortier d’argile afin de les protéger de l’humidité. Peu utilisée, cette technique est encore réservée aux autoconstructeurs.

Pour le chanvre, la méthode diffère un peu. Tout aussi écologique que la paille, mais plus cher, le chanvre est mélangé avec du gypse, de la chaux et de la terre cuite pour former un « béton de chanvre ». La charpente de la maison doit être adaptée à ce matériau et il est préférable que la pose soit réalisée par un spécialiste. Deux artisans construisent selon cette méthode au Québec : ArtCan et Art du chanvre.

 

Le torchis

Considéré comme le premier matériau composite de l’histoire, le torchis est un mélange de terre, de matières fibreuses, comme la paille ou les crins de chevaux, et de chaux. Ce matériau comporte de nombreux avantages écologiques, ce qui lui vaut un intérêt renouvelé.

En effet, le torchis est un excellent isolant thermique et acoustique, de beaucoup supérieur à la brique, et il laisse respirer l’ossature de bois, tout comme la paille et le chanvre. En plus d’être facile à entretenir, le matériau épouse les défauts de la surface et ne se fissure pas comme le ciment. Recyclable, le torchis ne produit aucun déchet en fin de vie, et les matériaux dont il est composé sont peu coûteux et disponibles localement. Tout comme pour la paille et le chanvre, son utilisation requiert une ossature solide.

 

Le bois cordé

La construction de murs de bois cordé peut être longue et laborieuse, mais la technique est très simple. De plus, elle permet de bâtir simultanément la structure de la maison, les finitions extérieure et intérieure, et l’isolation. Ce type de mur est formé de buches de bois entassées en travers les unes par-dessus les autres et maintenues en place par deux couches de mortier, une à l’extérieur et l’autre à l’intérieur. Les espaces entre les bûches sont comblés avec un isolant, souvent un mélange de bran de scie et de chaux.

N’importe quel type de bois mou peut être utilisé et il n’est pas nécessaire qu’il soit de première qualité. Il est donc possible de récupérer du bois qui ne pourrait être utilisé autrement. Peu coûteuse, surtout si l’on emploie du mortier d’argile au lieu du mortier de ciment, la technique du bois cordé permet de faire preuve de créativité, notamment quant à l’épaisseur et à la forme des murs.

 

La paille, le chanvre, le torchis et le bois cordé sont des options de construction écologique intéressantes. Toutefois, avant de se lancer dans l’utilisation de telles techniques, il est préférable de consulter un spécialiste ou d’assister à une formation.

Back to Top