Et si on récupérait l’eau de pluie?

Pourquoi récupérer l’eau de pluie alors qu’il suffit d’ouvrir un robinet pour en obtenir plus qu’il n’en faut ? Et si on y voyait de plus près, histoire de changer les mentalités.

L’eau potable est une richesse collective précieuse qui mérite que l’on s’y intéresse. Ce n’est malheureusement pas une priorité pour les populations privilégiées qui ont un accès facile et immédiat à l’eau dont elles ont besoin. Sauf que tout le monde n’a pas accès à l’eau potable à profusion, même au Québec ! Et la pénurie peut frapper, même dans les endroits où l’on s’y attend le moins !



Quand l’eau vient à manquer 

Les membres de la famille Chevrette peuvent en témoigner ! Ils ont manqué d’eau lorsque le puits artésien qui alimentait leur chalet (situé en bordure d’un lac !) s’est asséché en l’espace d’un été. « Le puits ne fournissait plus après qu’un séisme eut modifié le parcours de la veine d’eau », explique Marie-Claude Chevrette, cofondatrice d’Éconeau avec son père Claude. Ce dernier, bien décidé à trouver une solution au problème, a fait plusieurs recherches et s’est inspiré des systèmes européens de récupération des eaux de pluie pour fabriquer un premier prototype, puis un second… Guidés par leur intérêt pour l’environnement et par leur esprit entrepreneurial, père et fille ont ensuite eu envie de partager leur concept avec la population québécoise. C’est ainsi qu’Éconeau a vu le jour en 2012.

montage_shema_residentiel

Récupérer l’eau : rien de plus simple !

Il existe plusieurs bonnes raisons de récupérer l’eau de pluie ! Heureusement, l’installation d’un système de récupération est relativement simple et outre un nettoyage du filtre à tous les changements de saison, aucun entretien n’est requis. Lorsqu’il pleut, l’eau est captée par les gouttières fixées sur les débords de toit, puis acheminée jusqu’à un réservoir souterrain ou hors terre. L’eau emmagasinée est ensuite pompée et peut être utilisée pour entretenir la pelouse, laver la voiture, remplir la piscine ou le spa.

Québec..7

Clientèle diversifiée

Éconeau a d’abord offert ses produits aux propriétaires de chalet, mais la clientèle urbaine s’y est rapidement intéressée. « Puis, on a eu accès à des réservoirs de très grande capacité, ce qui nous a permis d’augmenter notre créneau », explique Marie-Claude Chevrette. « Des projets avec des écoles, des centres de loisirs et même des tours à bureaux sont en cours. Environ 90 % de notre clientèle fait affaire avec nous par conscience écologique. De ce nombre, la grande majorité bénéficie d’un service d’aqueduc et ne connaît pas de problème d’eau. »

Faire fi des contraintes

Qu’est-ce qui incite les gens à vouloir réduire leur consommation d’eau potable ?

Pour certains, ce sont les restrictions d’arrosage imposées par les municipalités durant la période estivale. L’installation d’un système de récupération des eaux de pluie est la solution tout indiquée pour le propriétaire qui souhaite arroser sa pelouse quand bon lui semble, sans se soucier de savoir s’il a le droit ou non aujourd’hui… « Ils ont ainsi accès à une belle eau douce, non chlorée, parfaite pour les plantes et les légumes du potager », d’ajouter Mme Chevrette.

Québec.4

Objectif : réduction

Un autre avantage de la récupération des eaux de pluie est la réduction de l’eau envoyée vers les égouts pluviaux municipaux lors de grosses averses. « Une maison de dimension moyenne peut récupérer jusqu’à 80 000 litres d’eau de pluie – l’équivalent de 65 spas ! Si chaque maison le faisait, on désengorgerait le réseau pluvial, et il y aurait moins de pollution [lors des débordements]. Sans compter qu’on réduirait notre consommation d’eau potable qui coûte une fortune à traiter », de conclure Marie-Claude Chevrette.

Par Annie St-Amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *